mercredi 6 décembre 2017

Grosse claque n°1

Je ne vais pas te mentir : je n'écris pas depuis toujours. Par contre, me raconter des histoires, rêver, imaginer, c'est une passion qui m'accompagne depuis longtemps. Avant d'arriver au jour J où j'ai eu l'envie de mettre par écrit mes propres univers, j'ai fait quelques rencontres qui ont marqué mon imaginaire.


Je vais donc te parler des grosses claques qui ont jalonné mon enfance et adolescence.
(Une à la fois, par contre. Les listes, c'est bien, mais soyons honnêtes, quand tu arrives au bout, tu en as déjà oublié la moitié :þ)

 

1. Les Maîtres du temps


Les Maîtres du temps est un film d'animation sorti en 1982 et inspiré du roman de science-fiction de Stefan Wul : L'Orphelin de Perdide. Réalisé par René Laloux sur les dessins de Mœbius, ce film raconte l'histoire de Piel, un petit garçon perdu sur la planète Perdide.

Autant te dire que ça ne commence pas fort pour le petiot : non seulement il perd son père, mais en plus, il se retrouve seul sur un monde sauvage et hostile. Ses chances de survie sont donc quasi nulles.


Sauf que... Avant de mourir, le père appelle à la rescousse son ami Jaffar et laisse à son fils un microphone qui va permettre à Jaffar et ses compagnons de route de veiller sur l'enfant le temps pour eux de rejoindre Perdide.

 
Voilà pour le postulat de base. Bien évidemment, ce sauvetage ne sera pas si simple et quelques mauvaise surprises attendent nos héros en route.

Si l'histoire se termine bien... ? Comment dire...

Ce film a été l'un de mes premiers contacts avec la science-fiction et sa révélation finale l'une des plus grosses claques que j'ai jamais prises (du genre, coup de théâtre spatio-temporel de folie). Sans parler d'une scène plutôt traumatisante à base de frelons.



Même si le film a un peu (beaucoup) vieilli, l'univers dessiné par Mœbius est un voyage à lui tout seul. 
 
Il y a aussi une belle ambiance sonore et une chouette chanson (Le pochard galactique). Mais mon coup de cœur va à la musique de fin qui, à mes oreilles, reste aussi entêtante que celle de Nausicaä de la vallée du vent.

Je te laisse avec deux liens (avec du gros spoil dedans, tu es prévenu.e - si tu veux donner sa chance à ce film, ne clique surtout pas !) :
- la petite musique de fin qui révèle la fin

On se retrouve prochainement pour la Grosse Claque n°2 !
Petit indice : ce sera de la BD et... encore de la SF ;þ

5 commentaires:

  1. Ah trop bizarre, la 1ère claque je croyais l'avoir commentée ! Bref, bref... Ma moitié connaît les Maître du temps, moi par contre, je suis complètement passée à côté, je l'avoue. Faut dire aussi que je connais peu l’œuvre de Moebius, que j'ai toujours trouvée très space, même si j'aime bien son côté minimaliste (qui change radicalement de celui très chargé d'autres artistes de la même époque).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, l'alliance de l'imaginaire Moebius avec l'histoire de Stefan Wul, ça fonctionne fort bien (un peu malaisant par moment par contre :p) ! Et ta moitié a aimé ? (je ne peux même pas te conseiller de le regarder tellement ça a vieilli)

      Supprimer
    2. Si je ne confonds pas avec autre chose (genre... les maîtres de l'univers, je sais, je devrais avoir honte, mais je ne connais pas non plus des masses), oui, il a aimé. ;)

      Supprimer
    3. Les maîtres de l'univers, c'est Musclor (tu sais, le grand blond baraqué avec une coupe au bol qui porte un slip et des bottes fourrées), donc pas vraiment la même ambiance XD

      Supprimer
    4. J'ai surtout retenu la couardise du tigre.. ^^ (moi et mon sens des priorités).
      Bon, j'ai vérifié, j'ai bien du confondre parce Les maîtres du temps, ça ne lui dit que "vaguement" quelque chose. Oups.

      Supprimer

Pour bêler, c'est par ici !